La fin du RTC

26 février 2016 dans Analyse

telephone-analogiqueLe RTC, ou Réseau Téléphonique Commuté, va bientôt être abandonné par Orange, l’opérateur historique en charge du réseau, non moins, historique. Cet arrêt signe la fin du téléphone fixe en mode analogique. Aujourd’hui, presque toutes les transmissions sont faites de manière numérique et maintenir le réseau analogique représente un coût financier de plus en plus important. Cela comprend aussi bien le matériel (les commutateurs dans les centraux téléphoniques) que le personnel compétent de plus en plus rare et approchant de la retraite.

L’ARCEP contrôle

L’ARCEP, l’autorité française de régulation des télécoms, n’est pas contre cette mise à mort programmée par Orange, et elle aura un œil attentif. En effet, beaucoup de dispositifs utilisent encore cette technologie comme les lignes téléphoniques de secours dans les ascenseurs, certains fax, ou certains métiers spécifiques comme l’Armée par exemple. L’ARCEP veillera donc que les personnes et équipements concernés par cette disparition soient bien accompagnés et que des solutions de remplacements soient prévues.

La fin du RTC, c’est :
- L’arrêt des services de téléphonie basés sur le RTC
- Sur tous les accès analogiques et numériques
- Sur tout le territoire national

La fin du RTC, ce n’est pas :
- L’arrêt du cuivre,
- L’arrêt des liaisons louées

La fin de production se fera :
- Au 4ème trimestre 2018 sur le territoire métropolitain (*), pour les lignes analogiques
- Au 4ème trimestre 2019 sur le territoire métropolitain (*), pour les lignes numériques T0

fin-du-rtc

 

Initier ensemble la transition vers le « tout IP » fixe de bout en bout

A moyen/long terme l’évolution des terminaux vers l’IP est inéluctable sur le fixe, l’enjeu commun est de permettre au parc installé un fonctionnement correct. Pour cela, il faut identifier les dysfonctionnements éventuels liés à la coexistence des technologies IP et RTC et proposer des solutions transitoires, et préparer des solutions standards pour le contexte cible « Tout IP » de bout en bout. Avec pour objectif d’optimiser le bon fonctionnement de bout en bout des usages M2M sur IP, car  l’interconnexion IP est déjà une réalité et que la fin de l’interconnexion TDM est à envisager dès maintenant.

Usages M2M : exemple des DTMF

Quand on réalise des tests de transmissions d’alarmes basées sur DTMF en VoIP, le fonctionnement des alarmes DTMF est dégradé en VoIP avec le standard RFC 4733 (conversion des DTMF en signal numérique spécifique). Si l’on désactive le RFC 4733 et que l’on transmet les signaux DTMF encodés comme la voix et transportés de façon indissociée de l’audio, les tests effectués se sont avérés positifs dans le cas d’échanges entre un accès VoIP et un accès RTC.
Le fonctionnement risque d’être altéré à l’interconnexion IP entre réseaux d’opérateurs qui met en œuvre le standard RFC 4733 par défaut.

Des commissions ont lieu en ce moment pour planifier la fin du RTC. Henri Morawek d’IMA PROTECT et membre FFDomotique en fait partie et nous tiendra informer des évolutions.

Devenez membre de la fédération française de Domotique

  • Contribuez au développement du marché
  • Défendez votre vision de la domotique
  • Restez informé des évolutions du secteur
  • Soyez référencé dans l'annuaire de la fédération

Suivez nous sur twitter

Suivre @FFDomotique sur Twitter.